lait d'or

Café, chocolat chaud, thé, infusions. On a vite fait le tour des boissons chaudes à boire en plein hiver. D’autant plus que le café et le thé ne sont pas idéales pour équilibrer le dosha Vata. Alors, je vous propose une boisson douce, réconfortante et facile à faire qui maintient votre dosha Vata à l’équilibre. Voici la recette du lait d’or.

Lait d’or: les ingrédients

Vous trouverez plusieurs recettes. Je vous invite donc à adapter selon vos goûts et vos envies du moment. Ici, je partage avec vous celle que j’aime faire. Je vous propose deux options: l’option rapide et l’option « j’ai du temps ».

Pour les deux options, il vous faut :

  • du lait animal ou végétal. Au choix. L’Ayurvéda recommande de boire du lait frais et non pasteurisé pour bénéficier de toutes ses vertus. C’est assez rare de le boire ainsi.
  • du curcuma, du poivre, de la cannelle (optionnel)
  • du ghee (beurre clarifié)
  • du miel ou sucre de canne complet (optionnel)

Lait d’or: la recette

Voici l’option rapide que je pratique régulièrement. Dans une casserole, faites chauffer votre lait dans lequel vous ajoutez une 1/2 cuillère à café de curcuma, une pincée de poivre, 1 cuillère à café de ghee. Personnellement, j’adore rajouter de la cannelle pour son petit goût sucré.

Pour l’option « j’ai du temps », le lait d’or se fait en 2 parties. La 1ère est la préparation de la pâte de curcuma. Pour cela, il faut mélanger dans une casserole à feu doux 1/4 de tasse de curcuma en poudre, 1/2 cuillère à café de poivre moulu, 1/2 tasse d’eau. Attendre jusqu’à l’obtention d’une pâte. Laissez refroidir et conservez au réfrigérateur dans un petit pot pendant un mois.

Pour faire votre lait d’or, il suffit alors de mélanger votre lait avec une 1 cuillère à café de pâte de curcuma et 1 cuillère à café de ghee. Vous pouvez rajouter du sucre selon votre goût. Et voila, c’est prêt.

Quelque soit l’option choisie, vous pouvez déguster cela en collation, au goûter avec les délicieux biscuits de Noël.

Degustation biscuits noel

Les bienfaits de cette boisson hivernale

Le lait d’or est reconnu pour avoir un certain nombre de vertus. Tout d’abord par son goût sucré, son côté gras et son potentiel chaud il permet d’équilibrer le dosha Vata (dosha potentiellement déséquilibré en automne et hiver).

Il permet de booster votre système immunitaire, chose non négligeable en cette période hivernale où notre corps est mis à rude épreuve.

Grâce à la curcumine combinée au poivre, il est anti-inflammatoire et prévient la création de mucosités. Enfin, il est anti-oxydant.

Alors, ce serait dommage de s’en priver. Bonne dégustation.

biscuits noel

Décembre s’en vient bientôt avec toutes ses traditions. C’est ce qui fait la magie des fêtes de fin d’année à mes yeux. Alors, j’adore préparer mon propre calendrier de l’Avent, faire la décoration de Noël et manger de délicieux biscuits. Voici une recette douce pour les petits et les grands qui est un vrai succès ici à la maison.

Par ici les ingrédients

Voici les ingrédients. Vous pouvez évidemment varier et adapter à votre goût. Mettre de la poudre d’amande ou de noix à la place de la coco râpée. Cela viendra aussi équilibrer Vata. Parfumer avec du curcuma ou du clou de girofle. Bref, soyez créatifs et faites-vous plaisir. C’est ça aussi l’Ayurvéda. Cuisinez en conscience et avec plaisir.

A noter que je vous recommande vivement de choisir des ingrédients bio et en vrac si possible. Ici, tous les ingrédients sont bio et j’ai pris des flocons d’avoine et du rapadura en vrac.

Pour ce qui est des épices, j’ai choisi la cannelle et la cardamome car elles se marient bien avec le reste des ingrédients. Mais, pourquoi pas écraser du clou de girofle ou mettre un peu de curcuma ou du gingembre en poudre. Ces épices sont à potentiel chaud excepté la cardamome et le clou de girofle à potentiel froid. Elles équilibrent toutes Vata, qui peut-être déséquilibré en ce moment.

Par ici la recette

Mélangez les flocons d’avoine, le rapadura, la coco râpée, le cacao non sucré et les épices dans un saladier. Vous pouvez aussi prendre du sucre de coco à faible indice glycémique

Dans un autre saladier, séparez les blancs des jaunes d’œufs. Puis battre les blancs. Mon astuce pour avoir des blancs bien fermes: ajoutez une pincée de sel.

Mélangez le tout. Puis graissez la plaque du four avec du ghee idéalement. Et mettre l’appareil dans vos emporte-pièces spécial Noël !!! Faites cuire 10 minutes au four à 180°C.

Ta da !!! Et voilà, vos biscuits de Noël sont prêts à être dégustés avec une boisson chaude !!!

Degustation biscuits noel

Soupe de potimarron

A cours d’idée pour faire une soupe de saison ? Je vous propose une soupe ou velouté (selon votre goût) de potimarron. Aliment idéal pour cette saison où Vata est mis à rude épreuve. En plus, elle est colorée et douce. Tout ce qu’il vous faut. Découvrez ma recette et mes petits plus.

Les ingrédients

Cette soupe est très facile à réaliser. Seule chose qui prend un peu de temps: éplucher le potimarron. Certains ne l’épluchent pas. Donc, c’est au choix. Voici les ingrédients pour 4 à 5 bols de soupe ou velouté:

  • 1 oignon
  • 1 potimarron
  • ghee
  • noix de muscade, sel et poivre
  • graines de tournesol
  • quelques marrons

La recette

Pendant que vous faites fondre une cuillère à soupe de ghee à feu doux, épluchez l’oignon et coupez-le en rondelles. Une fois le ghee chaud, faites revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit tendre et prenne une belle couleur dorée.

Pendant ce temps, épluchez et coupez le potimarron en morceaux. Mélangez le à l’oignon et ajoutez les épices: sel, le poivre et un tout petit peu de noix de muscade. Puis, faites revenir le tout quelques minutes à feu moyen.

Puis recouvrez le tout d’eau. Je recouvre un petit peu au dessus du niveau du potimarron et je mets un couvercle. Laissez cuire une quinzaine de minutes. Le potimarron cuit relativement vite. Donc, à vous de vérifier la cuisson régulièrement. Une fois que c’est cuit, mixez le tout.

Le petit plus que j’adore faire: ajoutez quelques marrons entiers dans la soupe. Autre alternative, je fais griller des graines de tournesol dans une poêle à part. Et je dresse avec les graines de tournesol et un filet d’huile d’olive.

C’est un vrai régal pour les yeux, le nez et les papilles.

Polaroid soupe potimarron

Qu’en dit l’Ayurvéda ?

En Ayurvéda, chaque aliment est doté d’une carte d’identité. Cela permet d’identifier le goût principal, le goût en post-digestif, le potentiel chaud ou froid, et les qualités. Ainsi, il est en déduit l’impact sur les doshas. Qu’en-est-il pour le potimarron ?

Ce cucurbitacée fait partie de la famille des citrouilles, potiron, etc… nommée Kushmanda en sanskrit. Il a pour goût principal d’être sucré, de même en post-digestif, un potentiel froid, et pour qualités d’être lourd et gras quand il est primeur. A maturité, il devient alcalin et léger. De fait, il équilibre Vata, Pitta et rakta (2ème tissu du corps correspondant au sang) quand il est primeur. Mûr, il équilibre les 3 doshas et stimule le feu digestif, Agni.

Très bon nutritif et fortifiant, il agit particulièrement sur Apana Vata (sous dosha en charge de l’excrétion sous toutes ses formes). Il est aussi recommandé après une période de convalescence ou opération.

Ses vertus sont nombreuses:

  • Purgatif, il aide les doshas à revenir dans leur site respectif
  • Vermifuge
  • Réduit les saignements
  • Supporte les fonctions respiratoires
  • Favorise la production de masse musculaire
  • Aphrodisiaque, il favorise le renouvellement cellulaire et favorise la production de lait maternel
  • Nettoie le système urinaire

Cuisiné avec du ghee, des épices telles que la noix de muscade en petite quantité et de l’oignon, cette recette équilibre parfaitement Vata et Pitta. A consommer avec modération en cas de déséquilibre Kapha.

Infographie soupe potimarron

Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à consulter un thérapeute en médecine Ayurvédique.

Je vous souhaite un bon appétit !!! Et n’hésitez pas à partager vos commentaires si vous réalisez cette recette.

Bouteille hibiscus ou bissap

Les températures commencent à grimper et l’été approche. Pour se désaltérer et se rafraîchir les jours de grande chaleur, le jus d’hibiscus ou bissap est idéal. Rapide et facile à faire, vous pouvez en préparer en grande quantité pour toute la famille.

Découvrez d’où vient cette jolie fleur, l’hibiscus et comment préparer un jus adapté à chaque dosha.

De la fleur d’hibiscus

Depuis toute petite, j’adore cette fleur pour sa délicatesse et sa variété de couleurs. Il en existe plusieurs sortes et celle qui nous intéresse ici, c’est l’hibiscus sabdariffa ou oseille de Guinée. Originaire de Guinée, on retrouve cette plante tropicale dans tous les pays d’Afrique de l’Ouest. Elle est aussi connue dans les Antilles, au Mexique, en Egypte et en Asie du Sud sous des appellations différentes.

Cette plante peut aller jusqu’à 2 mètres de haut. Ses fleurs peuvent atteindre jusqu’à 8 cm de diamètre et offrent un dégradé de couleurs allant du jaune au rouge. Pour le jus d’hibiscus, c’est la fleur rouge qui est utilisée. On peut aussi en faire de l’hibiscus confit.

Hibiscus sabdariffa
Fleur d’hibiscus sabdariffa

Au jus d’hibiscus ou bissap

J’ai découvert le jus d’hibiscus aussi appelé bissap au Sénégal grâce à une amie ayant beaucoup voyagé au Sénégal. Et depuis, j’avoue que j’adore en préparer l’été. C’est très rapide et simple à faire.

Pour 1 litre de jus, il vous faut:

  • 1,5 litre d’eau
  • 50 à 75 gr de fleurs séchées que vous pouvez trouver en magasin bio de préférence
  • Et selon votre dosha ou déséquilibre, il vous faudra soit du gingembre en poudre ou frais, soit de la menthe ou de la menthe poivrée
  • Du miel, du sucre candy ou du rapadura que vous trouverez aussi en boutique bio
Ingrédients jus d'hibiscus
Ingrédients jus d’hibiscus ou bissap

Dans un premier temps, pensez à bien laver les fleurs séchées à l’eau claire. Puis, faites chauffer 1,5 litre d’eau dans une casserole et ajoutez-y les fleurs d’hibiscus. Selon le dosha, vous pouvez rajouter certains ingrédients que je détaille ci-dessous. Laissez bouillir jusqu’à ce qu’une belle couleur rouge apparaisse, environ 15 à 20 minutes. Puis retirez du feu et filtrez.

Laissez refroidir et ajoutez soit du miel soit du sucre candy. Il est important de laisser refroidir le jus pour y ajouter le miel. En effet, le miel devient toxique lorsqu’il est chauffé. Aussi, le bissap étant très amer, chacun peut ajouter la quantité de sucre selon son goût. Personnellement, j’utilise du Rapadura qui ne sucre pas beaucoup.

Et voilà votre boisson est prête. Il est préférable de la boire à température ambiante pour maintenir un bon feu digestif.

Les ingrédients à choisir selon votre dosha

En Ayurvéda, chaque dosha est régi par un certain nombre de qualités. Le principe de base est d’équilibrer le dosha par le qualités opposées à celles du dosha en question. Ainsi, dans l’alimentation, il est important de choisir des ingrédients qui ont des goûts équilibrants avec des qualités opposées à notre dosha ou à notre déséquilibre.

Ici, je récapitule les différents goûts à privilégier par dosha ou par déséquilibre. Et par extension, je vous propose les ingrédients à choisir pour faire un bissap selon votre constitution.

Ingrédient du Bissap par dosha
Ingrédients par dosha

Les bienfaits du bissap

En plus d’être bon, rafraîchissant et rapide à faire, le bissap a de nombreuses vertus. En voici quelques unes:

  • Diurétique: de par son action diurétique, il est utile en cas de troubles urinaires du type dysurie (difficulté à uriner) ou oligurie (miction insuffisante) .
  • Anti-oxydant: de par son effet anti-oxydant, le bissap permet de ralentir le vieillissement.
  • Action sur le surpoids: de par son fort goût amer, il permet de faciliter la perte de poids en cas de surpoids.
  • Action sur l’hypertension artérielle: de par son effet hypotenseur, il aide à lutter contre l’hypertension et les problèmes cardiaques.

Voilà, vous êtes désormais prêts à faire votre jus d’hibiscus ! Bonne dégustation et prenez soin de vous.

Houmous

Cette purée de pois chiche venue du Moyen-Orient est un vrai régal. Très simple et rapide à préparer, le houmous convient à tout le monde du fait qu’elle est tridoshique. Je vous partage ma recette et vous explique pourquoi elle convient à tous les profils ayurvédiques.

Lire la suite
Kichedhi ou Kitchari

Le week-end dernier, j’ai eu la chance de participer à un cours de cuisine ayurvédique. Au programme, préparation de son propre mélange d’épices, de chapatis, d’un khichedi et autres. Je vous propose un focus sur le Khichedi que vous trouverez aussi sous le nom Kitchari. Incontournable de la cuisine ayurvédique, simple et facile à cuisiner, il est très souvent utilisé en monodiète. Je partage avec vous la recette.

Pourquoi faire une monodiète de khichedi ?

Il consiste en un mélange de riz, légumineuse et 2 types de légumes au choix avec des épices & du ghee. Alors pourquoi ce plat est-il aussi utilisé en Ayurvéda ? Le Khichedi est considéré comme le plat détox par excellence.

Très digeste, il est souvent conseillé en mono diète pour les personnes ayant un trouble du système digestif ou un excès de toxines accumulées dans le corps (ama). Pour identifier si vous avez des toxines dans le corps, c’est assez simple : vous allez ressentir une certaine lourdeur dans le corps et plus particulièrement au niveau du cœur, une fatigue générale surtout au lever le matin, un état léthargique, une difficulté à digérer. Bref, vous allez vous sentir très lourd et vous n’aurez absolument pas envie de bouger. Il faut donc alléger tout cela !!! Et rien de mieux qu’un kichedhi.

Quels ingrédients pour préparer votre khichedi ?

Pour réaliser ce plat pour 2 personnes, vous aurez besoin des aliments suivants :

  • 100 g de riz basmati semi-complet
  • 50 gr de mung dhal ou lentilles corail
  • 2 légumes de saison : privilégiez un légume racine et un légume branche. On se limite à 2 sortes de légumes pour faciliter la digestion.
  • ½ oignon
  • ghee
  • 600 ml d’eau
  • Et tout un tas d’épices : asa foetida, graines de cumin, graines de coriandre, graines de moutarde, graines de cardamome, poivre, feuille de laurier, cannelle, clou de girofle, curcuma en poudre, sel rose d’Himalaya, gingembre frais.

Alors pour le mung dhal, je ne savais pas qu’il en existe un qui est déjà décortiqué. Il est de couleur jaune. Donc choisissez votre mung dhal tout en sachant que si vous le prenez décortiquée, il prendra moins de temps à la cuisson.

Aussi, pensez à bien le faire tremper la veille au soir sinon ce n’est pas digeste et la cuisson est très longue. A noter que les lentilles corail n’ont pas besoin d’être trempées.

Et voilà la recette !

Allez c’est parti !

1) La préparation du riz

Rincez le riz et le mung dhal à l’eau claire. L’eau doit devenir transparente.
Faites chauffer le ghee (1 cuillère à soupe) dans un faitout, ajoutez ½ cuillère à café de graines de cumin et l’asa foetida (1/3 de cuillère à café). Attention à l’asa foetida, c’est très fort et chauffant alors n’ayez pas la main trop lourde. Laissez chauffer jusqu’à ce que les épices dégagent une bonne odeur. Saviez-vous que le ghee véhicule les vertus thérapeutiques des épices ? Donc pensez à bien cuisiner avec du ghee !

Ajoutez le riz & le mung dhal, mélangez bien et faites en sorte que le tout soit bien luisant. Puis versez l’eau. Faites bouillir et couvrez le mélanger. Laissez cuire à feu doux pendant 20 à 30 minutes, et vérifiez bien la cuisson du riz, tout dépend si c’est du riz blanc ou semi-complet (cela prend beaucoup plus de temps).

2) La préparation des épices

Dans une poêle à part, faites fondre 1 cuillère à soupe de ghee, et ajoutez ½  cuillère à café de graines de coriandre, ½ cuillère à café de graines de cardamome, ½ cuillère à café de poivre en grain, 1/3 de cuillère à café de graines de moutarde et la feuille de laurier. Faites revenir le tout quelques minutes. Puis, ajoutez le reste des épices (1/2 cuillère à café de cannelle, 1/3 de cuillère à café de curcuma en poudre, 1/3 de cuillère à café de gingembre en poudre, 1 clou de girofle) ainsi que l’oignon coupé en petits morceaux.

Après soit vous avez un mixeur soit vous avez un mortier avec un pilon. Mixez toutes les épices et versez doucement 150 ml d’eau dans le mélange. Puis, versez le mélange dans le riz & le mung dhal.

3) La préparation des légumes

Ajoutez les légumes coupés finement au riz et mung dhal. Il faut compter entre dix & quinze minutes de cuisson pour les légumes, donc en fonction du type de riz choisi, calculez bien à quel moment mettre les légumes. Pour un riz blanc, ajoutez les légumes au bout de 15 minutes de cuisson environ.

Votre kichedhi doit avoir une consistance liquide mais pas trop pour se rapprocher le plus de notre microbiote et ainsi faciliter la digestion.

Et voilà votre repas est prêt !!!

Comment faire son ghee soi-même ?

Le ghee est la 1ère chose que j’ai apprise à cuisiner en Ayurvéda. Je me rappelle lors de mes séjours en Inde de cette odeur de noisette dans les plats que je ne savais pas encore identifier comme le ghee.

Je vous propose dans cet article la recette du ghee et vous parle des vertus de cette matière grasse, très utilisée en Ayurvéda.

Les origines du ghee

Du mot ghrita en sanskrit, cela signifie beurre clarifié. Autrefois, le ghee était utilisé comme offrande sur les autels et assimilé à la nourriture des Dieux. Présent depuis des siècles dans de nombreux pays, il porte des noms différents: smen au Maroc, samnah au Moyen-Orient.

Le ghee se conserve à température ambiante et ne brûle pas. C’est génial ça n’est-ce pas ! Raisons pour lesquelles il est tant utilisé dans un certain nombre de pays. En Inde, c’est la matière grasse la plus utilisée en cuisine.

Comment faire son propre ghee ?

Pour ma part, j’ai dû m’y reprendre à 2 fois avant de réussir à faire un bon ghee alors il faut être patient 🙂 Faire du ghee est une vraie méditation ! Vous êtes prêts ?!

# Ingrédients

Pour réaliser votre propre ghee, il vous faudra:

  • du beurre doux et bio de préférence (j’en prends 1kg et il me dure 3 mois environ)
  • quelques grains de riz
  • pour les ustensiles: une casserole, une cuillère à soupe, un bocal et du sopalin pour filtrer.

# 1ère étape

Coupez votre beurre en morceau et faites le fondre dans la casserole. Lorsqu’il a entièrement fondu, mettez vos grains de riz dans la casserole, ils serviront d’indicateur de cuisson.

Baissez le feu et là vous allez voir apparaître une mousse blanche qui remonte à la surface. Il s’agit de la caséine (protéine de lait). Enlevez la mousse à l’aide de la cuillère. En fonction du beurre, vous pouvez avoir plus ou moins de mousse. Répétez l’opération tant qu’il y a de la mousse qui remonte à la surface. Il y a également un dépôt blanc au fond de la casserole. Il s’agit du petit lait qui va se réduire au fur et à mesure.

Une fois que les grains de riz commencent à avoir une jolie couleur dorée, cela signifie que votre ghee est prêt. Retirez la casserole du feu et enlevez la mousse restante. Cette opération peut prendre un certain temps. Cela me prend bien 40 minutes. Pendant ce temps, chantez des mantras, soyez pleinement à votre préparation et votre ghee n’en sera que meilleur 🙂 .

# 2ème étape

Elle consiste à filtrer le ghee donc prenez votre bocal et mettez un sopalin sur le dessus. Pour faire tenir le sopalin, je mets un élastique au niveau de l’ouverture du bocal. Et là, vous transvasez tout doucement votre ghee de la casserole au bocal.

Encore une fois, cela peut prendre un peu de temps. Mais vous verrez que vous serez super content(e) une fois que vous aurez fait votre premier ghee !!! Une fois terminé, votre ghee doit avoir une belle couleur jaune transparente comme sur la photo ci-dessous.

Il va durcir au fur & à mesure se solidifier complètement. Conservez le à température ambiante, surtout pas au réfrigérateur. Et voilà, votre ghee est prêt et vous pouvez le conserver aussi longtemps que vous le souhaitez. Vous sentez cette bonne odeur de noisette ? J’adore ! Je l’utilise pour la cuisson mais aussi sur du pain pour remplacer le beurre.

Bocal ghee
Ghee fait maison

Alors voyons les nombreux bienfaits du ghee:

  • Actions sur le système digestif: Il ouvre l’appétit, stimule le feu digestif, diminue l’hyperacidité et le reflux gastro œsophagien.
  • Actions sur l’excès de chaleur: Il permet d’atténuer les douleurs en cas de brûlure et atténue les rougeurs dues à une brûlure. Il diminue les excès de chaleur dans le corps comme les bouffées de chaleur en cas de ménopause, il diminue la fièvre et il aide à soigner la cystite.
  • Actions sur les yeux: il permet une meilleure acuité visuelle.
  • Actions sur le système reproducteur: il augmente la quantité de spermatozoïdes et aide en cas de problèmes gynécologiques féminins tels que les anomalies menstruelles, l’infertilité.
  • Actions anti âge : c’est un très bon régénérant, il soutient l’espérance de vie, donne de l’énergie, augmente la mémoire et l’intelligence, il a un aspect positif sur le psychisme et est source d’harmonie.

Le ghee convient très bien aux personnes de constitution Vata & Pitta et aux personnes ayant besoin de faire remonter leur feu digestif. Par contre, il augmente Kapha donc attention pour les personnes étant Kapha ou avec un déséquilibre Kapha.

Franchement, ce serait dommage de s’en priver !!! Bonne dégustation !!!